Salutations pour tous qui s'intéressent a la création des travaux.


Tout en linogravure, comme dans chaque travail manuel, commence par la volonté et l'idée. C'est déja 0,5 percent de succes. L'autre chose essentiel pour le travail c'est l'entrain. Il faut perseverer dans la réalisation.
Nous remplissons ces conditions de base. Le peinture est en train de se former. Ensuite, nous taillons la forme de la matrice, de linoleum (la description romanthique de PVC sur laquelle nous transformons un image). Il y a deux écoles:

1ere école- a pied- nous fixons le calque technicien au image, ensuite nous transformons l'image- projet sur le calque technicien; nous le retournons, nous le fixons a la matrice et nous rectifions les lignes du dessin en le pressant. La mine de crayon demeure sur la matrice. Nous enlevons le calque usé. Il est consideré comme l'ouvre d'art par les conceptualistes modérés, mais selon nous, ce sont des gravats.

Nous rectifions l'image transféré par un stylo (ceux qui inondent sont les meilleurs). Nous avons déja la matrice préparée.

2eme école- a l'acetone-nous faisons la photocopie du dessin, nous le fixons par le tirage a la matrice, ensuite nous essuyons le papier par un ligne- ça cause la transformation de bout de print du dessin a la matrice. Non toujours precisément, mais plus vite.

Personnellement, je préfere l'école numéro 1. Premierement, plus sain, deuxiement- plus précisément, finalement-plus noblement.

Nous avons du papier, la matrice préparée avec le dessin transféré, les peintures... juste! Nous utilisons les encres (nous oublions de la santé). Nous avons besoin d'une grande vitre pour le plan de travail et sur laquelle nous fondrons le premeir couleur. Le plus lumineux. Nous le mettons sur la matrice, en utilisant le rouleau en caoutchouc, nous fixons du papier- c'est comme ça! Pour ça nous utilisons la cuillere a café ou la presse d'imprimerie. Nous avons autant des feuilles d'impression que tout le tirage. Apres avoir bourré le premier couleur, avoir preservé les copies, qui vont se sécher toute la journée, nous lavons la matrice par une essence d'extraction ou un pétrole, ou un borigo... Le dessin, rectifié par un stylo ne se lave pas sous l'influence des produits chimiques mentionnés ci-dessus, nous lavons aussi la vitre et le rouleau. Maintenant, nous commençons a travailler sur la matrice et, nous découpons ça qui va etre de cette couleur, en utilisant des ciseaux graphiques, que nous venons de reproduire.


La journée suivante, nous fondrons l'autre couleur- nous avons déja appris quelle partie de la matrice nous allons découper pour que le couleur demeure. Nous voyons le premier résultat de notre travail- c'est faire des copies. Nous devons attendre l'effet final autant de jours combien de couleurs utilisés dans la graphique. Chaque jour, devant la matrice, nous devons nous réfléchir tranquillement avant de chaque découpage effectué sur la matrice, toutes les couleurs, fondrées de trois fondamentales, ne peuvent pas dominer en meme temps... Il faut aussi faire attention aux décalages de la matrice pendant „marquer” par un autre couleur.... Nous voyons la matrice transformer lentement en piece de PVC detruit. En meme temps, l'image est en train de se former, s'apparaît plus et plus clairement.

Pénible? Difficile? Équisant?
Je vous réponds- precieux.


          Lewandowski